À la rencontre des Castors

à l'étang de Charmes

marie_etang_de_charmes_2.jpg

Marie

Grande amie de la nature

  • Pour toi, Épinal Tourisme c’est : Un service qui nous permet de découvrir toute la diversité de l’offre naturelle, culturelle, architecturale, sportive, gustative, événementielle,… de la communauté d’agglomération
  • Ton plat local préféré, c'est : La potée Lorraine… précédée par un punch lorrain à la Mirabelle ! Et une bonne tarte aux quetsches en dessert ! Je ne choisis pas un plat, mais un menu !
  • Ton site touristique local préféré c’est La Moselle en paddle

A la recherche du castor, mais d’autres espèces s’invitent à la fête !

Et si vous preniez un bain de nature, et partiez à la rencontre d’un curieux animal qui a été réintroduit sur notre territoire dans les années 1980 ? Le castor d’Europe, le plus gros rongeur européen.

 

Nous sommes à Charmes, une petite cité entre Epinal et Nancy, traversée par la Moselle et le canal des Vosges. Cette ville comprend une zone protégée appelée Natura 2000 où la faune et la flore à l’état sauvage vous y attendent. 

Je participe donc à une visite organisée par l’Office de Tourisme, mais il existe d’autres organismes qui en proposent comme Le Conservatoire des Espaces Naturels de Lorraine, ou le Groupe d’Etude des Mammifères de Lorraine…

 

Notre petit groupe d’explorateurs fait connaissance en prenant le chemin de l’étang de Charmes. Nous approchons, il faut se faire discret et calme. En tenue sombre, dans les herbes libres, le guide nous tend une paire de jumelles : nombreux sont les poissons, nous apercevons aussi quelques poules d’eau, et ohhh des « bébés cygnes » (cygneau, cygnet, ou cygnon) tout noir ! Un peu plus loin, ça s’agite. Ça déménage même ! C’est un ragondin qui travaille la berge. Plus petit, avec une queue ronde (et non pas plate comme le castor), il partage le même espace de vie que le castor mais contrairement à ce dernier, le ragondin est souvent vu comme un nuisible car il creuse énormément de galeries.

Mais où sont-ils ces castors ?

Nous nous élançons maintenant sur le sentier d’Ile-sous-Essegney. Le jour commence à baisser… mais nous avons tous les yeux bien ouverts. « Regardez ce héron cendré ! » « Et là, voyez ce Rosa canina (comprenez « rosier sauvage ») ! » : le guide ne tarie pas d’explications, il éduque notre regard : nous sommes entourés de merveilles.

Dans la pénombre, nous apercevons un homme, posté là, qui ne bouge pas. Concentré, l’homme armé d’un appareil photo avec un objectif impressionnant indique sûrement que l’on s’approche du but ultime de cette balade : observer les castors.

Pas à pas, sans un bruit, nous suivons notre guide. Puis, tout à coup, le voici le castor tant attendu ! Une bête impressionnante à l’autre bout du rivage. Il nage d’un bon rythme. En fait, il ne cesse de faire des allers retours portant dans sa gueule des branchages. Le castor vit à proximité des bois, dans l’eau. Ses dents ne cessent de pousser, il se doit donc de ronger pour survivre. On croit distinguer un couple. Puis un des castors disparaît, il peut rester jusqu’à près de 15 minutes en apnée sous l’eau ! Finalement il se laisse porter et descend avec le courant de la Moselle.

Le guide, à mi-voix, évoque la vie des castors, leur cycle de vie, leurs habitudes et les apports de cet animal. Le castor avait quasiment disparu de France tant il était chassé pour sa viande et sa fourrure (les bonnets, gilets ou manteaux de peau et fourrure de castor étaient autrefois très en vogues). Mais cet animal aide au nettoyage des différents cours d’eau grâce à ses barrages naturellement filtrants. Il est herbivore et se nourrie d’écorces, de pousses, fruits, feuilles, branchages...  Les enfants qui accompagnent notre groupe ne ratent rien des scènes qui se jouent sous nos yeux.

Il est l’heure de rebrousser chemin !

Sur le retour, quelques hannetons s’invitent à la visite, ils ne sont pas dangereux, mais qu’est-ce qu’ils sont bruyants ! Plus loin, nous revoyons encore quelques castors, ils s’activent dès que la température baisse. Quelques cerises agrémenteront le chemin du retour, ainsi qu’une discussion intéressante sur les coins à champignons, des coins qui normalement ne se partagent pas, mais ça ça sera pour une prochaine fois !

 

 

PROCHAINES VISITES PROGRAMMÉES

Samedi 27 juillet, 20H, Rendez-vous au Complexe sportif Simonin, Boulevard Clémenceau, 88130 Charmes (Gratuit - organisateur : Conservatoire des Espaces Naturels de Lorraine). TEL : 03 87 03 00 90)

Vendredi 9 août, 20H, Rendez-vous au Complexe sportif Simonin, Boulevard Clémenceau, 88130 Charmes (Gratuit - organisateur : Groupe d’Etude des Mammifères de Lorraine) TEL : 03 29 65 87 02

 

Pantalon long, habits sombres, Chaussures de marche conseillées.

N’hésitez pas à vous munir de jumelles.

 

 

OFFICE DE TOURISME DE CHARMES : 03 29 61 00 86

OUVERT DU MARDI AU SAMEDI 9h-12h30 / 14h30-18h.