Rétrospective

Née des festivités données dès le 15ème sièclemontreurs d’Ours, arracheurs de dents, bonimenteurs s’exerçaient sur le parvis de l’église paroissiale de Saint-Maurice à surprendre, amuser et divertir le grand public. 

Au fils des années, la fête a évolué, prenant alors place aux promenades (ancien nom des jardins du Cours). C’est en 1889 que le champ de mars, qui était dédié à un terrain de manœuvres militaires, devient alors le point d’accueil de la fête de la Saint Maurice sous la forme que nous lui connaissons actuellement.

A la fin de la première guerre mondiale, en 1919, la fête d’Épinal compte 103 métiers. Les registres municipaux confirment la présence de 115 forains en 1926, en faisant ainsi la plus importante fête de la région. Les amateurs de sensations fortes n’étaient pas en reste avec "le tourbillon de la mort" (1914) ou "le château hanté" (1923) !

Les Spinaliens assistaient avec intérêt au montage des baraques, grand rendez-vous annuel, attendu avec beaucoup de ferveur. Le Champ de Mars se trouvait alors transformé pour trois semaines en un veritable village où rêverie, rire et amusement y sont roi. Il y en avait pour tous les goûts : voitures, carrousel avec ses chevaux de bois, manèges à sensations, des loteries… sans oublier les "roudoux", "Pommes d'amour" et autres délices qui râvissaent les plus gourmands.

S’il y avait bien également un moment-clé attendu durant la période de la fête, c’était le traditionnel bal qui se tenait chaque année. Cette tradition aperdurée jusqu’au début des années 1980 - à l’exception de la période 1939-1944.  L’occasion rêvée pour de nombreux Spinaliens de favoriser les rencontres et de s’essayer à la marche, à la valse, au tango et danses tendances appartenant à chaque époque.