-A +A

L'histoire du cinéma à Epinal

Epinal, Cité des Images, a toujours laissé une place de choix au cinéma, dans les loisirs proposés aux habitants de la ville et des communes environnantes, ceci dès 1896 !

De nombreuses salles de cinéma ont vues le jour depuis l’apparition du 7ème Art. La première d’entre elles, temporaire, a été ouverte rue Aubert, durant deux semaines consécutives en 1896… Soit quelques mois seulement après la première projection publique à Paris !  Il fallu attendre 1911 pour voir apparaitre la première salle de projection permanente rue de la gare et connue sous le nom « d’Excelsior ». Une seconde devait initialement ouvrir ses portes en 1914, cependant, en raison de la première Guerre Mondiale, son inauguration n’a pu se faire qu’en 1917, rue des Etats-Unis.

En 1970, malgré des années de succès, les salles précédemment citées ont fermées pour laisser la place à d’autres complexes, tel que le « Majestic » rue Rualménil et devenu par la suite le « Rio » mais aussi le « Vox » auparavant implanté Quai des bons enfants tout comme le « Concorde ». Afin de permettre l’accès à tous, il n’était pas rare d’observer l’apparition de salles de quartier plus modestes comme « l’Eden » à Chantraine sous l’impulsion de la ville. C’est d’ailleurs dans celle-ci qu’a été fondée l’association la Boite à Films, qui aujourd’hui encore, sélectionne une partie des films à l’affiche aux Cinés Palace.

Les années 1980 métamorphosent le paysage cinématographique spinalien. Suite à l’incendie du « Concorde », « le Palace-Théâtre » devient le seul complexe cinématographique de la ville. D’importants travaux y sont menés, du hall d’accueil aux salles principales, en vue d’y accueillir le flux toujours plus croissant de spectateurs.

La fréquentation ne cesse d’augmenter dans les années 1990, avec la sortie de films ayants multipliés les succès au box-office, tels que Titanic, le dîner de cons, les visiteurs… La décision est alors prise de moderniser l’équipement de projection et de sonorisation. Ces années marquent également un changement majeur dans la gestion à présent faite par le SEM, le Cinéma devient alors la propriété de la mairie.

D’ultimes modernisation seront faites dans les années 2000, avec entre autres l’installation de climatisations dans l’ensemble des salles. Néanmoins, n’étant plus en mesure d’accueillir dans les conditions idéales l’ensemble des spectateurs, le complexe fermera ses portes après 94 années d’activités, en 2011, pour les ouvrir à nouveau dans l’actuel complexe situé rue Saint-Michel.